SmartAddons jeudi, juin 30th, 2016 -Views

Tahar Cheriaa: Une icône du cinéma africain 2016

Tahar Chèriaa

 

Tahar Cheriaa, un des noms qui restera gravé dans la mémoire du cinéma africain car il a fait de l’image de l’Afrique dans le monde une de ses priorités essentielles. Un combat acharné mené par le regretté pour que le continent noir s’affirme et se fasse une place honorable dans le monde.
Le cinéaste tunisien a consacré toute sa vie à défendre le cinéma africain à chaque fois que l’occasion se présente. Une foi infaillible qu’il ne cessera de mettre à l’œuvre dans ses écrits ou ses discours prononcés lors de tribunes internationales défiant tous les obstacles tout en restant fidèle à lui-même car il disait ce qu’il pensait et pensait ce qu’il disait.

Tahar, le rebelle

Cet homme exceptionnel était un critique de cinéma dont l’écriture puisait sa force dans ses convictions culturelles et politiques en faveur du citoyen. Selon lui, un film doit être doublement considéré, d’abord en tant qu’acte de création artistique, et ensuite dans son rapport avec le contexte socio-politico-économique qui l’a généré. Il disait toujours que le cinéma est une leçon de vie si ce n’est la vie elle-même.
Son livre « Ecrans d’abondance ou cinéma de libération en Afrique », où il développe une réflexion contre l’emprise européenne et américaine sur la distribution et les salles de cinéma en Afrique, ce qui selon lui étouffait les cinémas nationaux émergents à l’aube de l’Indépendance, ce livre lui valut d’énormes ennuis et faillit lui coûter la vie. N’était-ce pas lui qui répétait que celui qui tient la clé de la distribution tient le cinéma ?
Par ailleurs, il a été convoité par plusieurs instances internationales telles que l’UNESCO où il a été consultant pour la culture arabe, le cinéma et la télévision et l’Agence française de coopération qui deviendra plus tard l’Organisation Internationale de la Francophonie où il s’occupait de la section Cinéma.
Au lieu d’être une proie facile et servir d’instrument pour justifier les politiques occidentales vis-à-vis des pays du sud, Tahar Cheriaa a fait en sorte que ses responsabilités au sein de ces organisations profitent amplement au cinéma africain.

Tahar, L’africain

L’aventure cinématographique de Tahar Cheriaa a commencé dans son pays la Tunisie au lendemain de l’indépendance d’abord en tant que critique de cinéma dans la presse et ensuite au moment où il adhère au ciné-club « Louis Lumière » de Sfax qu’il convertira en ciné-club national pour contribuer ensuite à la renaissance de la Fédération Tunisienne des ciné-clubs et apporter son soutien au Festival du Cinéma Amateur, première manifestation cinématographique qui se tiendra en Afrique et qui donnera naissance à plusieurs cinéastes tunisiens connus aujourd’hui en Afrique.
Dès son retour de France où il poursuivait ses études, on lui confia le service Cinéma auprès du ministère de la culture tunisien. Il profite de cette opportunité pour renouveler les lois régissant le secteur du cinéma jusque-là établies par l’occupant Français.
Dans le même contexte, les efforts de Tahar Cheriaa apporteront leurs fruits. Ainsi, le festival « Journées cinématographiques de Carthage » verra le jour en 1966. Il en prendra les rênes jusqu’en 1974 avant d’en être écarté.
Conscient de ce que ses idées peuvent apporter au cinéma africain, il s’y intéressera de près et tissera des relations étroites avec beaucoup de cinéastes africains notamment celui qui deviendra son ami de toujours Ousmane Sembene. De ces complicités naitra en 1970 le Festival du Cinéma Africain de Ouagadougou.
Et avec le même état d’esprit et animé par sa fierté d’appartenir à l’Afrique, il assistera en 1983 au Festival du Cinéma Africain de Khouribga et entretiendra des rapports étroits avec la ville et avec cette manifestation qui organisera une journée de commémoration en 2010 année de sa disparition. Le FCAK remet ça. Reconnaissance et gratitude, la 19ème édition rend hommage à ce grand homme qui s’est voué à l’Afrique et à son cinéma.

Share




Contact Info

  • 8, Rue tindouf, cité administrative
    Khouribga, Royaume du maroc
    Tel / Fax 212 (0) 523 490 666
    Email : festikho@gmail.com
Top